Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Le Canada à la recherche du Graal des politiques d’innovation

Le Canada à la recherche du Graal des politiques d’innovation

Le Canada est inquiet : d’un côté, il craint de ne pas suivre les ruptures technologiques (news à venir) d’un autre côté, les investissements réalisés dans le domaine de l’innovation ne sont pas assez productifs. L’institut CD HOWE  cherche à définir une approche TRES globale de l’innovation dite approche holistique ou holiste(1) qui lui permette de définir une politique d’innovation « efficace ».

Le rapporteur Daniel Schwanen, Vice President Research du C.D. Howe Institute, propose quatre mesures pour enlever les barrières à l’innovation :

1 – Un effort d’excellence dans la recherche et la formation; Une stratégie pour attirer les talents techniques, marketing et des affaires.

2 – Une série de mesures fiscales, commerciales et réglementaires pour : Stimuler l’entrepreneuriat et l’activité économique fondés sur les capacités pré-existantes (c’est nous qui soulignons); Faciliter la prise de risque et la tolérance au risque nécessaires ET Retirer les barrières inutiles.

3 – Un effort d’innovation dans les services publics. (l’Etat plateforme?)

4 – Et une approche orientée sur les objectifs pour les aides à l’innovation qui doivent rester fondées sur le respect des règles du marché, ainsi que des coopérations internationales en cas de nécessité.

En conclusion le rapporteur souligne que la motivation de tous ces efforts d’innovation est d’améliorer les conditions de vie des Canadiens.

Quelques remarques :

  • Dans cette recherche « Holistique », le Canada en oublie ses travaux antérieurs qui avaient démontré qu’aucune relation statistique robuste n’existe entre l’innovation et ses « facteurs »(2). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, mais que l’écosystème des innovateurs doit être à la fois simple et diversifié, souple et lisible pour les innovateurs.
  • Plutôt que de parler d’acceptation du risque, ne faut-il pas parler du partage de la valeur créée entre les innovateurs, les clients et les entrepreneurs en situation d’échec.
  • Il nous semble aussi qu’il faudrait introduite deux dimensions : la dimension régionale (et donc culturelle) et la dimension de co-gouvernance de l’innovation par les pouvoirs publics et les institutions de l’innovation.
  • La différenciation entre les innovateurs et les entrepreneurs serait aussi un moyen d’accroître l’efficacité du système d’aide.
  • Il faut multiplier les « systèmes », les « dispositifs », les aides, les encouragements etc et les innovateurs « piocheront » intelligemment. Par exemple, il faut multiplier les systèmes de financement à la fois pour que s’établisse une certaine concurrence, mais aussi pour éviter les phénomènes de pensée unique dans l’analyse des dossiers.
  • Pour notre part, nous résumerons en disant qu’il faut simplement donner des moyens et de la liberté aux innovateurs et qu’il est sage de s’orienter dans les secteurs d’excellence pré-existants.

 

Télécharger le rapport  « Innovation Policy in Canada: A Holistic Approach » 2018

Télécharger le rapport « Les déterminants économiques de l’innovation »

 

(1) Approche holiste : Analyse qui prend en compte tous les facteurs.

(2) Les déterminants économiques de l’innovation, par Randall Morck, Université de l’Alberta, et Bernard Yeung, Université de New York, Document hors série no 25 Janvier 2001. Programme des publications de recherche d’Industrie Canada

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top