Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Compendium d’indicateurs de l’activité scientifique et technologique au Québec, édition 2013

Compendium d’indicateurs de l’activité scientifique et technologique au Québec, édition 2013

2013-12-19Publié par l’Institut de la statistique du Québec , ce compendium illustre la situation du Québec en matière de science, de technologie et d’innovation, au moyen d’un large éventail d’indicateurs statistiques comparés et commentés.

La première partie de l’édition 2013 comprend deux articles signés par de chercheurs québécois. Le premier s’intéresse à la géographie de l’innovation dans les entreprises. Le deuxième analyse l’impact du financement privé et public, ainsi que l’impact des collaborations entre inventeurs et entre auteurs d’articles scientifiques, sur les résultats de la recherche dans le domaine de la nanotechnologie au Québec.

La deuxième partie regroupe six chapitres. Les cinq premiers portent respectivement sur les ressources humaines en science et technologie, la recherche et développement, les publications scientifiques en sciences naturelles et génie, les brevets d’invention. Le sixième se divise en deux sections. La première porte sur l’accès des ménages à Internet et la deuxième, sur l’utilisation d’Internet dans les entreprises.

Principales constatations :

  • En vingt ans, la population des personnes âgées de 25 à 64 ans, titulaires d’un diplôme universitaire et inactives sur le marché du travail, a triplé. De plus, sa composition a changé; en effet, on y trouve aujourd’hui une forte proportion de personnes immigrantes.
  • Les données révèlent un accroissement de la part du secteur de l’enseignement supérieur dans l’exécution des dépenses de R-D au Québec, laquelle passe des 33,8 % qu’elle était en 2009 à 35,9 % en 2010. La part du secteur des entreprises commerciales et celle du secteur de l’État accusent toutes deux un recul en conséquence.
  • La valeur de l’aide fiscale versée par le gouvernement du Québec pour la R-D industrielle diminue en 2010 pour une troisième année consécutive. Cette baisse résulte davantage d’une diminution du nombre de sociétés ayant bénéficié du soutien fiscal que d’une diminution dans l’aide accordée par l’État aux entreprises.
  • De 2001 à 2011, le nombre de publications québécoises en sciences naturelles et en génie a crû de 5,1 %, en moyenne, par année. En outre, le nombre d’articles comptant au moins un auteur québécois et conçus en collaboration internationale s’est fortement accru, passant d’un peu plus de un sur trois à près de un sur deux.
  • Les données ventilées par domaine technologique révèlent que, dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), le nombre de brevets accordés à des titulaires québécois a connu une forte décroissance dans les années allant de 2004 à 2011, alors qu’à l’inverse, le nombre d’inventions brevetées augmentait.
  • Les données par province indiquent que c’est au Québec que l’on trouve le plus grand nombre d’entreprises financées par du capital de risque en 2012, bien que le financement moyen y demeure l’un des plus bas au Canada.

Consulter le Document

Laisser un commentaire

Top