Vous êtes ici
Accueil > Actualité > La compétitivité scientifique des nations

La compétitivité scientifique des nations

Dans cette étude bibliométrique, les auteurs s’intéressent à la structure et à l’efficacité des systèmes de recherche nationaux.

Les données sont puisées dans la base de données Scopus et dans le Higher Education Research and Development (HERD) de l’OCDE. Elles portent sur les taux de publication et de citation d’articles scientifiques au cours des années allant de 1996 à 2012. Elles englobent 238 nations, 26 domaines scientifiques et 296 sous-domaines.

Plus que jamais, les résultats de cette étude montrent que la diversification représente un facteur clé en matière de compétitivité technologique et scientifique :

  • les nations considérées comme des leaders ne se spécialisent pas dans quelques domaines scientifiques uniquement. Elles ont plutôt tendance à diversifier le plus possible leur système de recherche;
  • il est plus efficace d’accorder plusieurs petites bourses à des groupes de recherche diversifiés que de donner la priorité à l’excellence en accordant d’importantes bourses à un nombre restreint de groupes de recherche;
  • les domaines de recherche les plus performants ne sont pas nécessairement ceux qui requièrent une très haute technologie ou qui sont orientés uniquement vers l’économie. Il peut s’agir de domaines liés aux soins et aux traitements médicaux, à la protection de l’environnement ou aux études socioéconomiques. Ces domaines répondent aux besoins des nations plus développées, bref à des besoins plus « sophistiqués »;
  • au contraire, les nations moins développées ont généralement une RD en construction. Elles misent donc davantage sur des domaines peu complexes et peu diversifiés appartenant aux sciences physiques et bien établies, et orientées fortement vers l’économie.

En ce qui concerne particulièrement les nations considérées comme des leaders sur le plan technologique, les résultats suivants se font remarquer :

  • ces nations obtiennent le plus haut taux en ce qui concerne les publications et les citations;
  • leurs dépenses en matière de RD représentent 3 % du PIB ou alors elles approchent cette proportion.

Quant aux nations moins développées, leur performance, dans l’ensemble, ne se fait remarquer que dans des domaines scientifiques où plusieurs autres nations sont déjà présentes.

Consulter l’article scientifique

Laisser un commentaire

Top