Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Dans la bataille des « zones d’innovation », Paris préserve son rang !

Dans la bataille des « zones d’innovation », Paris préserve son rang !

Selon un rapport publié par Capgemini et intitulé « Digital Dynasties: The Rise of Innovation Empires Worldwide », la Silicon Valley reste la plaque tournante mondiale de l’innovation. Toutefois, dans la mesure où le phénomène des centres d’innovation continue de se propager à l’échelle mondiale, un certain nombre de nouveaux « empires » ont vu le jour.

Entre les mois de juillet 2015, date de la parution du dernier rapport, et de février 2016, 56 nouveaux centres d’innovation ont vu le jour dans 20 pays, et l’ouverture de 11 autres centres est prévue dans les prochains mois.

Selon le rapport, c’est l’Inde qui a connu la plus forte croissance du nombre d’ouvertures de nouveaux centres d’innovation (+29%). Parmi ces centres, 24% concernaient la finance, 21% l’électronique et les nouvelles technologies et 16% l’industrie. Autre élément intéressant du rapport, le nombre de centres d’innovation dédiés à la finance a augmenté de 48 % en l’espace d’un an.

Par ailleurs, les centres qui avaient tendance à se concentrer sur le Big Data au cours des dernières années dirigent de plus en plus leurs activités vers l’Internet des objets et les Smart Cities (21 % des nouveaux projets sont dédiés à ces thèmes).

Enfin, les auteurs du rapport notent que de plus en plus de centres regroupent des chercheurs, des ingénieurs venant des grandes entreprises et des entreprises en phase de démarrage.

Notre analyse :

Ce rapport confirme un basculement progressif des politiques d’innovation vers l’environnement ou l’écosystème des innovateurs. Mais attention, cet écosystème est complexe et il suffit qu’il manque une « ligne » et cela ne fonctionne pas efficacement.
Comme ce fut le cas dans les années 80 pour les « téléports », l’aspect immobilier des opérations de types « zone de développement » est souvent déterminant … mais occulte les vraies questions. Aujourd’hui, on parle de « smart specialisation » et autres mots à la mode comme open innovation. Il faut rappeler ici qu’un écosystème ne fonctionne pas avec des proportions, mais avec des minimas ou des maximas à ne pas franchir; avec des fonctions à assurer etc. Il ne suffit pas de créer des « cluster » et autres grandes Halles, voire même des écoles d’ingénieur pour réussir à créer une zone innovante, il faut un ensemble quasi-artistique de moyens, de réglementations et de comportements pour que cela fonctionne. A ce sujet, le livre « The Rainforest » reste la référence.

Consulter le rapport

Laisser un commentaire

Top