Vous êtes ici
Accueil > Actualité > GB : Réorganisation de l’intervention de l’Etat dans la recherche et l’innovation

GB : Réorganisation de l’intervention de l’Etat dans la recherche et l’innovation

Le Secrétaire d’État pour la science du Royaume-Uni, Jo Johnson, a annoncé la création d’un nouvel organisme : le UK Research and Innovation (UKRI). Cette nouvelle structure de financement pour la recherche et l’innovation réunira les principaux acteurs publics actuels de financement de la recherche et de l’innovation, pour un budget total de plus de 6 milliards de livres, ce qui fait du UKRI un outil puissant de financement de la recherche et de l’innovation.

La restructuration de cette partie du Department for Business, Innovation and Skills (BIS) fait suite à :

  1. la publication d’une série de recommandations auprès du secrétaire d’état pour la science comme la Dowling review, la Stern review, et plus particulièrement la Paul Nurse review. Cette dernière propose des solutions à la question : comment rendre la recherche plus efficace ? Elle met également en lumière la nécessité d’encourager les sciences fondamentales, propose d’optimiser les investissements, de construire une meilleure communication entre science, public et politique, et enfin de soutenir l’application et la commercialisation de la recherche fondamentale.
  2. la publication du White Paper : Success as a Knowledge Economy, une feuille de route ayant pour mission d’améliorer le système d’enseignement supérieur britannique.

Le UKRI regroupe les 7 Research Councils, Innovate UK, et le financement de la recherche du Higher Education Funding Council for England (HEFCE) ainsi que de son outil d’évaluation de la recherche le Research Excellence Framework (REF).

Par ailleurs, le gouvernement britannique a soumis le 19 mai dernier un projet de loi qui devrait permettre aux universités d’agir avec une plus grande flexibilité quant aux choix de leur stratégie du recrutement des étudiants et de la communication. Cette loi établira également la création de l’Office for Students qui deviendra l’unique régulateur de l’enseignement supérieur.

Avec ces restructurations, le Royaume-Uni tente de se donner les moyens de maintenir non seulement sa position en matière de recherche et d’innovation au sein des pays développés, mais également de devenir leader en matière de stratégie d’investissement.

Consulter l’article « Higher education : success as a knowledge economy – white paper« 

Consulter l’article « John Kingman to lead creation of new £6 billion research and innovation body« 

Consulter le discours « The Queen’s speech 2016 – Contents« 

Consulter le projet de loi »Higher Education and Research Bill« 

Laisser un commentaire

Top