Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Horizon 2020 victime de son succès

Horizon 2020 victime de son succès

Deux articles publiés dans le Science Business sonnent l’alarme à propos du taux élevé de refus des projets soumis dans le contexte d’Horizon 2020, le nouveau programme-cadre européen axé sur la recherche et l’innovation.

Dans le premier article paru le 23 septembre, Robert-Jan Smits, le directeur général de la Commission européenne pour la recherche et l’innovation, constate que le programme est victime de son succès. Inondés de quelque 65 000 demandes, les gestionnaires du programme doivent rejeter un grand nombre de propositions fort intéressantes.

Le taux d’acceptation des projets est à la baisse par rapport à celui de l’ancien programme; en effet, il varie de 12 à 14 %. Dans le programme précédent, le Septième programme-cadre européen pour la recherche, qui s’est échelonné de 2007 à 2013, les chances de succès des chercheurs se soumettant à la compétition variaient de 19 à 21 %.

Néanmoins, M. Smits soulève un point positif dans le nouveau programme, soit la participation des PME qui accapare 23 % du budget du programme, ce qui représente trois points de plus que la cible de départ.

Dans le deuxième article paru le 24 septembre, l’auteur s’inquiète aussi des effets du faible taux de succès pour l’obtention d’un financement par Horizon 2020.

Compte tenu des efforts requis pour soumettre une proposition, notamment pour remplir un formulaire qui peut atteindre 80 pages, et compte tenu de la tendance des chercheurs à faire de plus en plus appel à des firmes spécialisées pour remplir ces formulaires, on peut craindre que certains chercheurs ne se tournent vers des fonds de recherche affichant un meilleur taux de succès.

L’auteur constate que, contrairement à l’ancien programme, Horizon 2020 ouvre la porte à des projets de recherche très variés. Il propose donc deux solutions pour pallier les difficultés du programme : réduire les objets ou thèmes de recherche admissibles et diminuer la paperasse exigée en utilisant des formulaires simplifiés.

Consulter les articles du Science Business du 23 septembre et du 24 septembre

Laisser un commentaire

Top