Vous êtes ici
Accueil > Actualité > L’ACFAS (Québec) soutient une vision de l’innovation centrée sur la recherche

L’ACFAS (Québec) soutient une vision de l’innovation centrée sur la recherche

L’Association francophone pour le savoir (ACFAS) a publié un mémoire intitulé « Recherche et innovation : l’urgence d’agir et de profiter des conjonctures » dans le cadre des consultations menées par le Ministère sur la prochaine Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation.

Selon l’Association francophone pour le savoir, les cinq principes fondateurs d’une bonne stratégie de recherche et d’innovation sont :

  1. Excellence, équilibre et diversité : conserver un équilibre entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, et l’équilibre entre les activités de recherche libre et les activités de recherche en partenariat.
  2. Financement de base équilibré pour tous les secteurs de recherche. Favoriser l’équilibre dans l’octroi de ce financement de base, en privilégiant toujours le critère de l’excellence.
  3. Soutien de la relève scientifique. S’assurer que les activités de recherche contribuent au développement d’une relève scientifique
  4. Vision systémique. Une politique doit considérer l’écosystème de recherche et d’innovation dans son ensemble.
  5. Ouverture. Veiller à l’accessibilité des connaissances pour toutes les composantes de la société.

Les trois composantes essentielles d’une stratégie sont les suivantes :

  1. Durée. La période d’application doit être définie sur une durée de cinq ans, incluant les engagements financiers associés.
  2. Concertation. La stratégie doit favoriser la concertation entre les milieux concernés.
  3. Harmonisation. La politique doit inclure la dimension gouvernementale et l’ensemble des ministères doivent être en mesure d’intégrer la composante de recherche et d’innovation dans la réalisation de leur mandat.

Par ailleurs, l’ACFAS recommande au gouvernement québécois de mettre en place un dialogue constant avec les organisations fédérales de soutien à la recherche, afin d’arrimer les interventions des différents paliers de gouvernement et d’assurer l’effet structurant des politiques de recherche et d’innovation.

Notre lecture :

Un rapport qui ne va pas au bout de son travail et qui néglige l’innovateur (traité en dernier), sans l’ignorer.

En réalité, ce rapport concerne essentiellement l’innovation incrémentale qui s’enrichit et se fonde sur des recherches appliquées avec des innovateurs souvent salariés.

Mais, pour l’innovation de rupture, l’expérience montre que bien souvent, elle suit de très loin l’invention majeure qui la fonde. La découverte du vide en 1650 permet de faire fonctionner une première machine à vapeur en 1710 (machine atmosphérique de Newcomen), soit 2 générations plus tard. Plus près de nous, le micro-ordinateur (version Steve jobs / PC, avec écran, unité centrale et démarrage automatique) apparaît plus de 10 ans après l’invention du micro-processeur. La recherche n’est qu’un élément, certes fondamental, mais pas unique du processus d’innovation. En fait, c’est l’un des éléments de l’écosystème de l’innovateur. Mais gardons toujours à l’esprit que la Russie soviétique avait un effort de recherche tout à fait comparable à l’Occident et n’a jamais été capable d’innover alors même qu’elle affichait un objectif politique fort de modernité. Normal, ils étaient soviétiques.

Mais à l’autre bout du spectre idéologique, Xerox a inventé l’essentiel de la bureautique avec le PARC et ils n’ont su récupérer qu’une seule invention, l’impression laser; encore faut-il rappeler le caractère « corsaire » de ce rattrapage réalisé en cachette au départ par un « corsaire » qui a ainsi sauvé l’aventure du PARC. Mais aujourd’hui, on ne peut avoir un discours centré sur la recherche quand on parle d’innovation.

La recherche est un des éléments fondamentaux, mais n’a pas de sens isolément. Cette recherche doit être faite en symbiose avec les innovateurs, mais aussi avec l’évolution des sciences dans le monde.

Le fait d’être un lobby de la recherche, ce qui est en soi une belle fonction, ne doit pas faire oublier que la recherche n’est qu’un élément du dispositif innovant.

Consulter le rapport

Laisser un commentaire

Top