Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Le Canada, champion mondial de l’environnement des affaires

Le Canada, champion mondial de l’environnement des affaires

D’après le Grant Thornton Global Dynamism Index 2015, le Canada arrive au 9e rang des 60 économies mondiales les plus importantes selon 22 indicateurs regroupés en 5 domaines d’analyse, soit :

  1. l’environnement d’affaires;
  2. la technologie;
  3. le marché du travail;
  4. la croissance du marché;
  5. l’environnement du financement.

En ce qui a trait, plus précisément, au domaine de l’environnement d’affaires, le Canada se classe en tête de liste. Ce champ regroupe des indicateurs clés comme le commerce extérieur et les régimes et contrôles des échanges, ainsi que les politiques sur les entreprises privées et la concurrence.

Selon le premier directeur principal du Groupe stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton : « Cela démontre que nos créateurs de richesse bénéficient de politiques commerciales domestiques et internationales claires et solidement implantées, leur permettant d’œuvrer dans un environnement stable et prévisible, comparativement à des juridictions où le climat est plus volatile à ce chapitre, comme le Venezuela, le Kenya et l’Algérie, qui se retrouvent à la fin du classement. »

Il ajoute : « Le Canada doit cependant se promouvoir davantage comme destination d’affaires de choix qui favorise la croissance des entreprises étrangères. Il y a encore du travail à faire pour [inciter] les investisseurs étrangers à s’installer chez nous. Notre environnement d’affaires est très bon, mais il faut être capable de bien le vendre sur la scène internationale pour attirer plus de capitaux et d’entreprises. »

En outre, sur le chapitre de la technologie, il faudra faire mieux. À ce sujet, le Canada occupe la 20e position. « Aujourd’hui, il faut faire davantage que de réduire les coûts pour demeurer compétitif. Nos entreprises doivent investir plus en recherche-développement. Comparativement à nos voisins américains, nous accusons un retard à cet égard », renchérit le directeur principal.

Consulter le GDI 2015

Laisser un commentaire

Top