Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les effets de l’emploi sur l’innovation

Les effets de l’emploi sur l’innovation

Les auteurs de ce rapport de la Commission européenne évaluent l’effet de l’innovation sur l’emploi et ils décomposent cet effet selon les niveaux d’intensité en matière de R&D.

L’analyse micro-économétrique repose sur des données tirées du tableau de bord de l’Union européenne sur les investissements en matière de R&D industrielle.

L’emploi de méthodes semi-paramétriques flexibles, c’est-à-dire le score de propension généralisée, permet :

  • de trouver la relation fonctionnelle totale entre l’investissement en matière de RD et le nombre d’employés de l’entreprise;
  • d’aborder les questions économétriques importantes.

L’emploi de telles méthodes est impossible en ce qui concerne l’approche d’estimation normalisée que l’on utilise dans la documentation.

Les résultats laissent entendre que les innovateurs considérés comme modestes ne créent pas et qu’ils peuvent même détruire des emplois en augmentant leurs dépenses en matière de RD.

La plupart des emplois dans l’économie étant créés par ceux qui vont dans le sens de l’innovation (followers), on observe qu’accroître l’innovation de 1 % peut augmenter l’emploi jusqu’à 0,7 %.

L’effet de création d’emplois dans le domaine de l’innovation atteint son apogée lorsque l’intensité de la RD représente environ 100 % de la dépense de capital total, après quoi l’effet positif sur l’emploi diminue et devient non significatif sur le plan statistique.

Finalement, on observe que les champions (leaders) de l’innovation ne créent pas d’emplois en augmentant davantage les dépenses qu’ils vouent à la RD, lesquelles sont déjà très élevées.

Consulter le rapport

Laisser un commentaire

Top