Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les États-Unis, la Chine et le Japon dominent en matière de dépôts de brevets

Les États-Unis, la Chine et le Japon dominent en matière de dépôts de brevets

Les demandes de brevets déposées en 2014 auprès de l’Office européen des brevets (OEB) ont connu une croissance de 3,1 %, ce qui a permis d’atteindre un nouveau record absolu de 274 000 demandes (contre 266 000 en 2013). Les pays ayant déposé le plus grand nombre de demandes sont les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne et la Corée.

Parmi les États membres de l’OEB, les Pays-Bas, la France et le Royaume-Uni ont connu une croissance significative. Le Danemark (+ 2 %), la Belgique (+ 1,8 %), l’Italie (+ 0,5 %) et l’Allemagne (- 0,8 %) ont connu une évolution stable, alors que d’autres pays ont subi une baisse du nombre de demandes : c’est le cas de la Finlande (- 9,3 %), de la Suisse (- 3,1 %) et de l’Espagne (- 2,1 %). Au total, en 2014, l’OEB a accordé 64 600 brevets.

Voici les points saillants du plus récent rapport de l’OEB :

  • les demandes de brevets déposées en 2014 auprès de l’Office européen des brevets ont atteint un record absolu de 274 000;
  • les demandes des pays européens ont augmenté de 1,2 %. Cependant, on doit mentionner la forte croissance, en cette matière, des États-Unis (6,8 % par rapport aux résultats de l’année précédente) et de la Chine (18,2 %);
  • les pays qui ont déposé le plus grand nombre de demandes sont les États-Unis (71 745 demandes), le Japon (48 657), l’Allemagne (31 647) la Chine (26 472) et la Corée (16 358);
  • la Suisse, la Finlande, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark obtiennent le taux de demandes par million d’habitants le plus élevé d’Europe;
  • Samsung (2 541 demandes de brevets), Philips, Siemens, LG et Huawei figurent parmi les cinq plus importantes firmes en matière de demandes de brevet en Europe.

En résumé, les secteurs où le volume de demandes auprès de l’OEB a le plus augmenté sont la biotechnologie (+ 12,1 %), la machinerie électrique (+ 8 %), l’informatique (+ 7,8 %), la communication numérique et les techniques de mesure (+ 6,6 % chacun).

La tendance à la baisse qui avait pu être observée au cours des années précédentes dans le domaine de la biotechnologie et de la communication numérique a donc cessé en 2014.

Un recul des demandes déposées auprès de l’OEB est constaté dans le secteur des moteurs, des pompes et des turbines (- 3,2 %), de l’industrie pharmaceutique (- 5,4 %), ainsi que dans celui de la chimie organique (- 1,3 %).

Consulter les données de l’OEB

Consulter l’article de Science Business

Laisser un commentaire

Top