Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les modèles macro-économiques pour la R&D et les politiques d’innovation

Les modèles macro-économiques pour la R&D et les politiques d’innovation

Dans ce rapport de la Commission européenne, les auteurs comparent quatre modèles macroéconomiques que cette dernière a utilisés pour évaluer les retombées de ses politiques en matière de RD et d’innovation.

Les quatre modèles comparés sont :

  1. QUEST, un modèle d’équilibre général dynamique stochastique;
  2. RHOMOLO, un modèle d’équilibre général spatial calculable;
  3. GEM-E3, un modèle d’équilibre calculable;
  4. NEMESIS, un modèle macroéconométrique.

Tous sont des modèles à pays multiples (à régions multiples) qui permettent de saisir les liens internationaux (interrégionaux) entre les économies des États membres.

Le rapport compare en particulier les parties des quatre modèles qui sont pertinentes par rapport aux mécanismes de transmission de la RD aux points critiques de mise en œuvre des politiques.

Comme les décisions d’investissement en matière de RD sont intrinsèquement dynamiques, QUEST semble être le modèle le plus approprié pour évaluer, au fil du temps, les retombées des politiques d’innovation. La raison en est qu’il est le seul modèle visant l’optimisation d’une durée à l’autre des agents économiques.

Pour aborder les enjeux liés à la concentration géographique des activités innovantes, RHOMOLO a un avantage comparatif. En effet, il est le seul qui modélise explicitement entre elles les économies régionales et les interactions spatiales.

Avec son traitement détaillé des secteurs de l’énergie et des enjeux environnementaux, GEM-E3 semble être le plus approprié pour évaluer les retombées de l’innovation sur l’énergie propre.

Pour une modélisation plus détaillée des différents types de mesures d’innovation, NEMESIS peut fournir des indications précieuses en raison de sa richesse dans l’estimation et la comptabilisation des canaux spécifiques de l’innovation.

Enfin, les quatre modèles démontrent un effort commun pour se raffiner. Même si cette évolution continue peut, parfois, déconcerter les utilisateurs finaux des résultats des modèles, elle doit être considérée comme partie intégrante du processus d’évaluation des politiques d’innovation.

Consulter le rapport de la Commission européenne

Laisser un commentaire

Top