Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les Norvégiens éprouvent un sentiment d’efficacité des politiques d’innovation

Les Norvégiens éprouvent un sentiment d’efficacité des politiques d’innovation

Statistics Norway a publié un rapport intitulé Evaluation of R&D- and innovation-supporting policies dans lequel il analyse les effets des politiques de financement mises en place par gouvernement norvégien afin de promouvoir la création de valeur et l’innovation .

Leur analyse porte sur le système norvégien d’incitation fiscale Skattefunn, sur la politique axée sur l’innovation d’Innovation Norway, sur les instruments de financement de la R&D du Conseil norvégien de la recherche, ainsi que sur les programmes de crédit à l’exportation Export Credit Norway.

Les éléments liés à la rentabilité et à la croissance des ventes, à la valeur ajoutée aux investissements en R&D et en innovation ainsi qu’à la croissance du taux d’emploi et de productivité des entreprises ayant reçu au cours de la période 2001-2013 un soutien financier, ont également été analysés par les auteurs du rapport.

Les résultats obtenus montrent que le soutien financier a des effets positifs, particulièrement sur la création de valeur ainsi que sur l’augmentation des revenus de l’entreprise et de son nombre d’employés. Toutefois, les résultats ne reflètent pas nécessairement une relation causale entre l’importance de la subvention accordée et ses répercussions positives en matière. Il est impossible de contrôler l’ensemble des facteurs inobservables qui simultanément peuvent affecter la probabilité de recevoir le soutien et les variables de résultat.

Enfin, les auteurs du rapport ont trouvé des effets positifs concernant les mesures gouvernementales pour le financement à l’exportation. Les résultats obtenus indiquent que le financement des exportations contribue à la croissance économique de la Norvège.

Pour rappel, le bureau central des statistiques de Norvège a été créé en 1876. Il élabore et diffuse auprès du gouvernement et de la population des statistiques concernant le pays dans de nombreux secteurs.

NOTA :

Ce document est difficile à traiter car il est en Norvégien … mais la traduction automatique de Google permet de récupérer des données techniques et des graphiques.

Il souffre d’un 2° défaut, dont sont conscients les auteurs : la faiblesse théorique de la mesure de l’innovation. On utilise plutôt des symptômes que des mesures.

La simple mesure de la réussite de la R&D par le nombre des brevets est d’une « pauvreté » difficilement acceptable.

La faiblesse de la maîtrise d’un process d’innovation empêche aussi de relier la cause à l’effet.

Et sur ce point, les rapporteurs soulignent qu’il n’y a pas de « preuve scientifique » de l’existence d’une relation causale entre l’effort financier et un output d’innovation. A la fin, un certain parallélisme des formes des courbes d’effort financier et de résultats fait ici office de justification de la décision !

Consulter le document

Consulter le rapport (norvégien)

Laisser un commentaire

Top