Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les travailleurs migrants contribuent-ils plus à l’innovation ?

Les travailleurs migrants contribuent-ils plus à l’innovation ?

Dans le but de déterminer les répercussions de l’immigration sur l’innovation et sur la productivité, les auteurs de cette étude publiée par le European University Institute (EUI) observent le comportement de seize industries manufacturières rattachées aux trois plus grands pays européens en matière de population et de produit intérieur brut, soit l’Allemagne, l’Angleterre et la France.

Dans le contexte de cette recherche, l’innovation est mesurée à partir des brevets appliqués à l’Office européen des brevets (OEB) et de sa base de données mondiale sur les statistiques portant sur les brevets (PATSTAT). De plus, les données des enquêtes sur la population active du Royaume-Uni et de la France ainsi que celles venant de la recension faite par l’Allemagne sont utilisées.

L’étude démontre qu’une main-d’œuvre composée d’immigrants hautement éduqués donne des répercussions positives sur l’innovation. Lorsqu’il y a augmentation de 1 % du nombre d’employés très instruits, on note une augmentation de 0,3 % du nombre de citations dans le cas des citoyens natifs et d’environ 0,1 % dans le cas des travailleurs étrangers.

L’augmentation variant selon les secteurs d’activité, on observe que les travailleurs étrangers très éduqués ont un impact positif dans le domaine des hautes technologies. Par contre, dans les secteurs de faibles et de hautes technologies, l’impact sur l’innovation est négatif s’il s’agit de travailleurs étrangers peu qualifiés.

L’effet positif se perçoit davantage, relativement parlant, lorsque les travailleurs viennent de l’Europe que lorsqu’ils viennent des pays tiers.

Les chercheurs suggèrent d’adopter des politiques appropriées pour favoriser l’innovation européenne en facilitant l’entrée des travailleurs étrangers qui possèdent des diplômes de deuxième et de troisième cycle universitaire, ainsi que des travailleurs évoluant dans le domaine des STEGMA.

Les résultats suggèrent qu’un investissement ciblant les étudiants étrangers pourrait avoir un effet positif sur les activités d’innovation, particulièrement dans le secteur des hautes technologies.

Consulter l’étude

Laisser un commentaire

Top