Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les universités européennes les plus innovantes selon Reuters

Les universités européennes les plus innovantes selon Reuters

Reuters a publié les résultats de son rapport intitulé « The 100 most innovative universities in Europe 2016 » selon lequel l’université la plus innovante d’Europe est KU Leuven, une école belge basée dans la région de la Flandre. L’école obtient la première place du podium principalement en raison de son volume élevé d’inventions, mais également grâce au nombre élevé de brevets déposés par ses chercheurs.

La deuxième place du classement revient à l’Imperial College London (rattaché à l’Université de Londres). Indépendant depuis 2007, cet établissement constitue une université publique de recherche et il surpasse maintenant l’Université de Londres, qui arrive au 30e rang.

Le premier établissement français est à la 14e place. Il s’agit de l’Université Pierre & Marie Curie University – Paris 6, suivie à la 15e place par l’Université Paris Sud – Paris 11

Les dix universités les plus innovantes d’Europe sont les suivantes :

  1. KU Leuven (Belgique) ;
  2. Imperial College London (Royaume-Uni) ;
  3. University of Cambridge (Royaume-Uni) ;
  4. École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) ;
  5. Technical University of Munich (Allemagne) ;
  6. University of Erlangen Nuremberg (Allemagne) ;
  7. Delft University of Technology (Pays-Bas) ;
  8. University of Oxford (Royaume-Uni) ;
  9. University of Munich (Allemagne) ;
  10. University of Zurich (Suisse).

Pour établir son classement, Reuters a analysé plusieurs indicateurs liés à l’activité scientifique de chaque université ainsi que les dépôts de brevets de chacun des établissements afin de définir l’essence même d’une véritable innovation.

Les critères retenus par les auteurs du classement sont axés sur :

  • les publications scientifiques, qui témoignent de la qualité de la recherche fondamentale effectuée dans l’université ;
  • les dépôts de brevets, qui marquent l’intérêt de l’établissement envers la protection et la commercialisation de ses découvertes.

Analyse :
La mesure de l’innovation reste un vaste sujet de débat théorique (et pratique). Mesurer l’innovation des établissements de formation supérieure est encore plus complexe.
Le développement de l’innovation se fait parfois à côté des brevets ou après leur abandon : la conserve alimentaire, le conteneur ou la « mini-cassette » se sont développés sans brevet ou après les avoir abandonnés. Une innovation est un processus économique et social très long (souvent une génération), totalement imprévisible et très difficile à valoriser au départ.
On connaît le classement Reuters pour les entreprises, essentiellement fondé sur les brevets. Reuters renouvelle avec la formation supérieure. Mais le dépôt de brevet résulte autant de la capacité inventive (et non innovatrice) que du budget alloué au dépôt de brevet ou des usages locaux.
Au lieu d’utiliser l’expression d’innovation (qui est à la mode) il aurait été plus exact de parler d’un simple classement des universités selon leur capacité à breveter.
Ces limites étant soulignées, ce classement est révélateur de la montée en puissance de nouveaux acteurs de l’innovation qui sont des acteurs peu connus jusqu’à ce jour et pas toujours bien valorisés dans les classements académiques. Et pourtant leur rôle dans l’ensemble de la « machine à innover » de l’Europe est souvent essentiel.

Consulter l’article de Reuters

Laisser un commentaire

Top