Vous êtes ici
Accueil > Actualité > L’Espagne perd une place au tableau de bord européen de l’innovation

L’Espagne perd une place au tableau de bord européen de l’innovation

La commission européenne a publié le 7 mai dernier son désormais traditionnel tableau de bord européen de l’innovation. Ce document qui sert de rapport de suivi de la stratégie d’Union de l’Innovation pour l’UE dans son ensemble et chacun de ses Etats membres évalue leurs performances sur la base de 25 critères répartis en huit catégories : ressources humaines, qualité des systèmes de R&D, financement et soutien, investissement des entreprises, entreprenariat, actifs intellectuels, innovateurs et effets économiques.

La Commission européenne en déduit quatre grandes catégories de pays : les leaders d’innovation que sont la Suède, le Danemark, la Finlande et l’Allemagne ; les « suiveurs d’innovation » catégorie dans laquelle apparaît la France ; les « innovateurs modérés » où l’on trouve l’Espagne et enfin les « innovateurs modestes ».

Si le rapport 2015 fait état d’une progression lente mais générale de la performance d’ensemble de l’UE en matière d’innovation, l’Espagne se distingue en étant le seul pays avec la Roumanie à présenter des résultats en recul par rapport à l’année 2007 prise comme référence par la Commission. Cette évolution se traduit par une baisse d’une place de l’Espagne au « classement » des pays dans ce tableau de bord, où elle occupe désormais le 19ème rang sur 28.

Les principales forces de l’Espagne résident dans le niveau d’éducation de sa population, la part des publications scientifiques en collaboration internationale, le nombre de marques et la part de marché des nouveaux innovateurs. Pour le reste des critères, l’Espagne présente des performances inférieures à la moyenne européenne. En particulier, l’investissement des entreprises (dépenses de R&D ou d’innovation non technologique), l’investissement en capital-risque, les revenus de licences et brevets issus de l’étranger ainsi que le nombre de brevets déposés sont les points faibles les plus particulièrement identifiés.

Les lacunes identifiées par ce rapport ne constituent cependant pas une surprise, et rejoignent le diagnostic effectué par le gouvernement espagnol dans sa stratégie nationale de recherche et d’innovation adoptée en 2013. Reste que l’effet de la crise produit continue de se faire sentir, et que le retournement de tendance vers une convergence des résultats espagnole vers la moyenne européenne n’est pas encore perceptible dans ce domaine malgré l’amélioration des résultats macro-économique du pays.

Consulter le rapport

Laisser un commentaire

Top