Vous êtes ici
Accueil > Actualité > L’Europe attire de nouveau les investissements directs internationaux

L’Europe attire de nouveau les investissements directs internationaux

Les résultats de l’enquête 2014 sur l’attractivité de l’Europe (EY’s 2014 European Attractiveness Survey), publiés par la firme EY, révèlent que les investissements directs internationaux (IDI) sur le continent européen sont en nette progression. Le nombre total de projets d’investissement est passé de 3 797 à 3 955, de 2012 à 2013, soit une augmentation de 4 %.

Considérant que les IDI sont un indice reconnu de la compétitivité et de l’attractivité d’une économie dans le contexte de la mondialisation, il n’est pas étonnant de constater que la reprise des projets d’investissements internationaux s’affirme dans les systèmes d’innovation dynamiques, et plus spécifiquement dans les secteurs axés sur l’innovation et offrant une haute valeur ajoutée.

À ce sujet, l’enquête révèle entre autres que :

  • L’Allemagne, le Royaume-Uni et la France demeurent, en 2013, les principaux réceptacles de l’IDI en Europe, avec respectivement 10 % pour la première et 6 % pour les deux autres.
  • Les États-Unis demeurent le premier investisseur en Europe et les pays du BRIC continuent de renforcer leurs investissements européens. Ces derniers ont vu le nombre de leurs projets augmenter de 245 à 313, soit une hausse de 28 %.
  • Les services de logiciels et ceux aux entreprises sont les secteurs les plus dynamiques des IDI, avec respectivement 509 et 483 projets d’investissements.
  • En fait de croissance, ce sont les secteurs pharmaceutiques et scientifiques qui enregistrent les plus fortes progressions, soit respectivement 58 % (à 141) et 96 % (à 88).
  • La recherche et le développement ont montré une croissance significative, soit une hausse de 23 % des projets d’investissement, qui s’est concrétisée par une augmentation de 64 % des emplois liés aux projets des IDI.
  • Si le secteur de la fabrication a connu une augmentation de 5 % de ses projets d’investissement, le nombre d’emplois a cependant diminué de 12 %, confirmant la méfiance des investisseurs face aux coûts de main-d’œuvre élevés de l’Europe.

Somme toute, les résultats de l’enquête de EY révèlent que les investisseurs sont d’avis qu’une approche axée sur l’écosystème de l’innovation et l’entrepreneuriat est l’étape préalable à la croissance durable et à une attractivité plus grande pour les IDI en Europe.

Consulter le communiqué d’EY

Consulter le rapport EY’s attractiveness survey Europe 2014. Back in the game 

Laisser un commentaire

Top