Vous êtes ici
Accueil > Actualité > L’Innovation au Royaume-Uni

L’Innovation au Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a publié les résultats de son enquête sur l’innovation au Royaume-Uni. Menée tous les deux ans, cette enquête est volontaire et réalisée à la fois au moyen d’un questionnaire postal et d’un entretien téléphonique. Le principal résultat est la confirmation d’un accroissement du nombre d’entreprises innovantes de 2010-12 à 2012-14.

Les principales constatations de l’enquête sont :

Les activités d’innovation

  • Plus de la moitié des entreprises (53%) ont réalisé des activités d’innovation au cours de la période 2012-2014, contre 45 % en 2010-2012 ;
  • 61 % des grandes entreprises (celles de plus de 250 salariés) et 53 % des petites et moyennes entreprises (de 10 à 250 salariés) sont considérées comme innovatrices ;
  • 42 % des entreprises ont utilisé des innovations non technologiques (changements dans la mise en marché d’un produit ou dans l’organisation du travail) ;
  • 24 % des entreprises ont utilisé des innovations technologiques (de produits ou de procédés).

Les répartitions régionale et sectorielle

  • Les entreprises du Royaume-Uni étaient plus innovantes en 2012-2014 qu’en 2010-2012. L’Angleterre a la plus forte proportion d’entreprises innovantes (54 %). Elle est suivie par le Pays de Galles (51 %), l’Écosse (50 %) et enfin l’Irlande du Nord (45 %) ;
  • Le secteur de la production, en particulier de fabrication, a été le plus innovateur (71 % des entreprises ont réalisé des activités d’innovation). Il est suivi par le secteur de la distribution et des services (59 % des entreprises du secteur financier ont mené des activités d’innovation).

Les moteurs et les contraintes de l’innovation 

  • « Améliorer la qualité des biens et services » est cité par le tiers (33 %) des entreprises innovantes comme étant le principal facteur d’innovation. Viennent ensuite le remplacement des produits ou des processus obsolètes (32 %), l’élargissement de la gamme de produits et de services (29 %), et l’augmentation des parts de marché (26 %) ;
  • Les cinq principales contraintes à l’innovation qui ont été mentionnées concernent le coût et le marché.

Notre analyse :

1 – Sur la technique de mesure :

Il faut choisir entre deux méthodes :

  1. une méthode utilisant des définitions d’indices fiables, car on sait les définir et les mesurer. Il s’agit de la méthode OCDE qui ne définit pas l’innovation, mais les éléments qu’elle suppose être les clefs de l’innovation et qui sont mesurables comme les dépenses de R&D. Les statistiques sont fiables, mais la relation entre la recherche et l’innovation reste le Graal inatteignable de cesstatisticiens.
  2. une méthode fondée sur une définition globale de l’innovation qui permette de mesurer l’évolution. La première condition est que cette définition soit strictement identique et que les questions soient toujours exactement les mêmes. Or la définition est hétérogène et variable dans le temps.

2 – Une définition hétérogène :

  1. Introduction of a new or significantly improved product (good or service) or process;
  2. Engagement in innovation projects not yet complete or abandoned;
  3. New and significantly improved forms of organization, business structures or practices and marketing concepts or strategies
  4. Investment activities in areas such as internal research and development, training, acquisition of external knowledge or machinery and equipment linked to innovation activities6 .

On « additionne » dans cette définition, l’idée d’un produit amélioré avec celui de faire de la recherche !

On additionne des entreprises qui disent (et se disent) être innovantes avec des entreprises qui augmentent certaines dépenses de R&D.

Si on veut faire des statistiques, il faut s’en tenir à des grandeurs mesurables et pas à des estimations (qui ne sont même pas pondérées).

3 – Sur les résultats :

La GB semble progresser dans le développement d’une économie innovante. Rien d’étonnant ni d’original. Et cela que la statistique principale porte sur le nombre d’entreprises qui déclarent  leur effort d’innovation.

Il faudrait essayer de mesurer l’efficacité des mesures prises plutôt qu’une statistique générale fondée sur des définitions inadaptées (et qui plus est, changeantes !).

Consulter les résultats de l’enquête

Laisser un commentaire

Top