Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Malheureuse coïncidence pour la « Nouvelle France Industrielle »

Malheureuse coïncidence pour la « Nouvelle France Industrielle »

Lancée en 2013 par Arnaud Montebourg et remodelée l’an dernier, la Nouvelle France Industrielle (NFI) entend réussir la réindustrialisation française. Objectif : amener chaque entreprise à franchir un pas sur la voie de la modernisation de son outil industriel et de la transformation de son modèle économique par le numérique. Ainsi, 34 plans industriels ont été mis en place pour aider l’industrie française à se positionner sur les secteurs les plus porteurs. Ces derniers ont été transformés en 2015 en dix « solutions » par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, avec une place prépondérante pour l’industrie du futur.

À l’étranger, des programmes similaires existent avec pour thème : industrie 4.0 , re-industrialisation, ou industrie du futur, avec une plus forte intensité.

À l’occasion de l’anniversaire de la Nouvelle France Industrielle, François Hollande et Emmanuel Macron ont réuni en début de semaine l’ensemble des industriels-chefs de file des solutions de la NFI. Depuis l’Élysée, ils ont tracé les grands axes des actions pour les années à venir.

Pour le ministre de l’Économie, des « premiers résultats sont là ». En trois ans d’existence, près de 1000 projets innovants ont été soutenus et 1,9 milliard d’euros ont été débloqués par le programme des investissements d’avenir. Par ailleurs, plus de 1500 PME ont pu suivre un accompagnement personnalisé pour accélérer leur transition vers l’industrie du futur.

Depuis le mois de mars, Emmanuel Macron a réuni l’ensemble des comités de pilotage des solutions, pilotées par des chefs de file industriels. Il est encore tôt cependant pour en dresser un bilan précis. L’état d’avancement des feuilles de route varie. La plupart démarrent à peine.

NOTA : L’art difficile de la politique et des circonstances…

Le rapport sur la « nouvelle France industrielle » sort en pleine crise des crédits à la recherche. Le même jour que la présentation de la NFI, sept Prix Nobel ainsi qu’un titulaire de la médaille Fields dénoncent, dans une tribune publiée dans Le Monde, l’annulation de près de 200 millions de crédits destinés à la recherche, et plus particulièrement à des organismes d’excellence comme le CNRS, le CEA ou l’Inra…

MAJ du 30 Mai : Hollande renonce aux annulations de crédit pour la recherche.

Consulter le Dossier de presse

Laisser un commentaire

Top