Vous êtes ici
Accueil > Actualité > La perception du public de la science, de la recherche et de l’innovation

La perception du public de la science, de la recherche et de l’innovation

La Commission européenne (CE) vient de publier un rapport d’enquête sur la perception du public en matière de science, de technologie et d’innovation (STI). Au cours de cette enquête, les auteurs se sont particulièrement intéressés à l’apport de la STI lorsque vient le temps de répondre aux problèmes qui sont jugés prioritaires par les citoyens de l’Europe.

Cette enquête a été menée dans le contexte où la STI est considérée comme une priorité pour l’Union européenne (UE) qui cherche à positionner ses États membres dans l’économie du savoir et à faire en sorte qu’ils soient en mesure de répondre aux grands défis sociétaux du XXIe siècle.

Par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020, l’UE prévoit investir environ 114 G $ (80 G €) d’ici les sept prochaines années. Elle est déterminée à s’assurer que ces investissements massifs en matière de STI pourront contribuer à apporter des solutions aux principaux problèmes qui préoccupent ses citoyens.

C’est dans ce contexte que les auteurs de l’enquête se sont intéressés à l’opinion des citoyens européens sur les questions les plus préoccupantes, soit la création d’emplois, la santé et les soins médicaux, les sources d’énergie, l’éducation et les compétences, de même que la lutte contre le changement climatique, et ce, dans le but d’orienter les projets de recherche scientifique.

Menée au cours de l’été 2014, auprès de quelque 28 000 Européens issus des 28 pays membres de l’UE, l’enquête couvre trois grands aspects stratégiques des liens qu’entretiennent les citoyens envers la STI et les principaux domaines de vie :

  • les connaissances scientifiques personnelles des répondants (formation ou compétences acquises);
  • les domaines de vie à privilégier au sein de l’UE au cours des quinze prochaines années en matière de STI;
  • l’impact potentiel, tel que le perçoivent les citoyens, des activités scientifiques et technologiques sur différents domaines de la vie.

Certaines constatations tirées de cette enquête méritent d’être mises en relief :

  • dans l’ensemble, les trois principales priorités des Européens sont la santé et les soins de santé (55 %), la création d’emplois (49 %), de même que l’éducation et les compétences (33 %);
  • pour ce qui est des problèmes, la priorité à laquelle il faut s’attarder avant toutes les autres varie d’un pays à l’autre. Par exemple, les Danois et les Suédois sont les seuls à considérer la lutte contre les changements climatiques comme la première des priorités;
  • la proportion des Européens qui estiment que la contribution de la STI sera déterminante pour répondre aux principaux problèmes de la société au cours des quinze prochaines années varie en fonction des domaines de la vie. Par exemple, si 65 % des Européens considèrent que la STI aura des répercussions positives pour solutionner les questions relatives à la santé et aux soins médicaux, seulement 30 % d’entre eux par contre estiment que la STI pourra répondre de façon positive au problème des inégalités.

L’enquête nous révèle également certaines caractéristiques sur la culture scientifique des Européens. On y apprend, notamment, qu’une majorité d’entre eux (56 %) ont suivi, à un moment ou l’autre durant leurs études ou au cours de leur vie, des cours en science ou technologie.

Consulter le résumé

Consulter le rapport  « Public Perceptions of Science, Research and Innovation »

Laisser un commentaire

Top