Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Plus d’un millier d’entreprises créées grâce aux laboratoires du #CNRS et de ses partenaires

Plus d’un millier d’entreprises créées grâce aux laboratoires du #CNRS et de ses partenaires

Bilan très positif d’une vaste étude menée en 2014 par le CNRS : 1026 entreprises et plus de 7000 emplois ont été créés à partir de compétences et de propriétés industrielles provenant de laboratoires rattachés au CNRS et à ses partenaires académiques depuis 1999.

  • 80% des start-up associées aux laboratoires rattachés au CNRS et à ses partenaires sont toujours en activité.
    Le taux de survie à 5 ans des entreprises créées par les laboratoires rattachés au CNRS entre 1999 et 2009 est supérieur à 90 %. Un résultat que l’on peut comparer au taux de survie des entreprises françaises créées en 2000, tous secteurs confondus : 52,6 % après 5 ans.
    Depuis 1999, année de promulgation de la loi sur l’innovation et la recherche, dite « loi Allègre », les entreprises associées au CNRS ont créé environ 7000 emplois. On compte ainsi plus de 7 personnes en moyenne par entreprise. La moyenne nationale est de 4-5 salariés par entreprise, toutes catégories confondues (microentreprises, PME, entreprises de taille intermédiaire, grandes entreprises).
    71% des dirigeants de ces entreprises sont des chercheurs, des enseignants-chercheurs ou des ingénieurs des laboratoires du CNRS et de ses partenaires. La loi sur l’innovation et la recherche de 1999 explique probablement cette donnée, car elle favorise et soutient la participation des chercheurs à la création d’une entreprise valorisant leurs propres travaux de recherche.
    Les principaux secteurs d’activité de ces entreprises innovantes sont les technologies de l’information et de la communication (38%), la biologie et la santé (24%) et la chimie et les matériaux (19%).
    Parmi ces 1026 entreprises, sept ont été introduites en bourse : Innoveox, McPhy Energy, Supersonic Imagine,Quantum Genomics, Integragen, ImmuPharma etCarbios. Elles dépassent toutes une valorisation de plusieurs dizaines de millions d’euros.
    De plus, quatre autres entreprises ont fait l’objet d’acquisitions industrielles stratégiques à l’exemple de Sensitive Object par Tyco Electronics. Le CNRS a ainsi perçu plus d’un million d’euros de fruit de cessions qui permet d’afficher un pourcentage de plus-value de près de 535%.

Pour compléter son dispositif actuel d’aide à la création d’entreprise, le CNRS entend apporter son soutien à des projets en phase de pré-maturation pour un budget total de 2 millions d’euros. L’objectif est de soutenir et financer des laboratoires dans la phase de développement de résultats de recherche jusqu’à la preuve de concept et d’étudier la pertinence de création d’une start-up.

Consulter l’étude

Laisser un commentaire

Top