Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Rapport de l’OCDE sur la valorisation de la recherche

Rapport de l’OCDE sur la valorisation de la recherche

D’après ce rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), les politiques nationales de commercialisation de la recherche publique devraient être renforcées, non seulement eu égard aux efforts de brevetage et de licence, mais surtout par de nouveaux canaux, notamment l’entrepreneuriat étudiant.

Le rapport décrit les tendances récentes dans les politiques gouvernementales et institutionnelles destinées à améliorer le transfert et la valorisation de la recherche publique. Il compare aussi le rendement des pays, des universités et des établissements de recherche publics sur la base d’indicateurs traditionnels, comme le nombre de brevets et le nombre d’entreprises dérivées, et de nouveaux indicateurs, comme les interactions entre les acteurs ainsi que la mobilité des chercheurs.

À l’échelle mondiale, le taux annuel de demandes de brevet par les universités a diminué de 11,8 % entre 2001 et 2005 et de 1,3 % entre 2006 et 2010. Le nombre d’entreprises dérivées de la recherche universitaire a peu augmenté au cours des dernières années. Les revenus des licences sont aussi restés relativement stables dans les pays membres de l’OCDE.

Parmi les moyens utilisés pour la commercialisation de la recherche universitaire se trouvent les partenariats public-privé, la mobilité des étudiants et des professeurs-chercheurs, les contrats de recherche et les services de consultation offerts par les professeurs-chercheurs.

Les agences de financements de la recherche désirent aussi de plus en plus un meilleur accès aux résultats de la recherche qu’elles financent.

De leur côté, les centres de transfert de technologie des universités adoptent de nouveaux modèles : regroupement d’universités ou plaque tournante régionale. Enfin, certaines universités effectuent leur propre financement de démarrage, par exemple le Chalmers Innovation Seed Found  en Suède.

Selon les auteurs, les gouvernements, les ministères responsables de la recherche et les entreprises doivent collaborer dans le développement d’un ensemble cohérent de politiques de commercialisation pour éviter le chevauchement et la duplication.

Les auteurs concluent en rappelant le rôle important joué par les sciences sociales et humaines dans l’innovation.

Consulter le Rapport

Laisser un commentaire

Top