Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Recherche et Innovation : l’union progresse au niveau des pays en 2014

Recherche et Innovation : l’union progresse au niveau des pays en 2014

La Commission européenne vient de publier son rapport annuel sur les profils des pays européens en matière de rendement dans la recherche et l’innovation.

Les auteurs du rapport notent que, même si les investissements publics en matière de RI et la qualité globale de la science et de l’innovation ont augmenté dans certains pays d’Europe, des investissements, de même que des réformes structurelles, sont toujours nécessaires pour éviter des délais dans le passage de ces pays vers une économie du savoir.

Le but de ce rapport est d’en faire un outil opérationnel pour les intervenants et les décideurs politiques. Il cherche ainsi à appuyer les politiques de RI et à faciliter le suivi du rendement de chaque pays européen en vue d’atteindre les cibles prévues pour l’année 2020.

Il présente d’abord trois enjeux clés en matière de RI.

  • Une base scientifique présentant des faiblesses. Même si certains États ont continué d’augmenter les investissements dans la recherche publique, d’autres, au contraire, les ont diminués. De plus, le rapport note le manque de réformes dans plusieurs pays pour augmenter l’efficacité du système de la recherche publique.
  • Une faible contribution de la base scientifique dans le développement de l’économie et de la société. Deux points importants sont soulevés en ce sens : 1) la nécessité de remédier à l’inadéquation croissante des compétences disponibles avec les secteurs très productifs en matière d’économie du savoir; et, 2) l’importance d’encourager la collaboration publique-privée.
  • Un cadre proposant des conditions inadéquates en matière de RD. Trois raisons sont mentionnées : 1) l’inefficacité des mesures incitatives publiques; 2) la difficulté pour le domaine public d’exercer une influence sur les investissements privés en matière de RD; 3) une tendance généralisée à ne pas mettre en place d’approche systématique capable de soutenir la croissance des entreprises démarrant dans les secteurs innovants. Et ce, même si un nombre surprenant de petites entreprises innovantes à croissance rapide sont responsables de la majorité des emplois créés.

Les auteurs du rapport s’intéressent ensuite aux sciences et aux technologies. Ils y relèvent un déséquilibre, puisque la plupart des pays sont spécialisés dans des domaines scientifiques qui diffèrent substantiellement des domaines technologiques dans lesquels les entreprises sont les plus actives.

Enfin, le rapport porte sur les indicateurs de rendement en matière d’innovation. L’Allemagne et la Suède sont les pays donnant le plus grand rendement, tout en ayant la plus haute intensité en matière de RD. Leur position actuelle résulte de plusieurs facteurs :

  • une économie basée sur une forte proportion d’activités dans des secteurs propres à l’économie du savoir;
  • des entreprises innovantes à croissance rapide;
  • des brevets de qualité;
  • des exportations concurrentielles.

Consulter le rapport de 2014 de la Commission européenne;

Accéder au communiqué de la Commission européenne.

Laisser un commentaire

Top