Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Une mesure perceptuelle de la performance de l’Innovation : le cas de la Turquie

Une mesure perceptuelle de la performance de l’Innovation : le cas de la Turquie

Cette étude de la Middle East Technical University (METU) présente une nouvelle approche pour mesurer la performance des entreprises en matière d’innovation. Les auteurs introduisent deux indicateurs de performance qualitatifs sur les perceptions des entreprises envers les retombées de l’innovation.

  1. L’indicateur sur les retombées des innovations dans le domaine des produits couvre l’étendue de la gamme des produits, l’amélioration de ces derniers, les nouveaux marchés et l’expansion des marchés.
  2. L’indicateur sur les retombées des innovations dans le domaine des procédés couvre l’amélioration de la qualité, la flexibilité de la production, l’amélioration de la capacité de production, l’amélioration des conditions de santé et de sécurité, de même que la réduction des frais liés à la rémunération.

Les auteurs ont utilisé des données recueillies par l’Institut turc des statistiques sur les entreprises du pays, en 2008 et 2009.

Ils observent une différence significative entre les entreprises qui introduisent des innovations dans le domaine des produits, celles qui introduisent des innovations dans le domaine des procédés et celles qui introduisent les deux types d’innovation en raison de la perception qu’elles entretiennent à propos des retombées de l’innovation.

Parmi ces trois groupes, les retombées résultant des innovations dans le domaine des produits et des procédés ont une plus grande valeur pour les entreprises qui introduisent ces deux types d’innovation.

Les PME perçoivent comme plus importantes les retombées de l’innovation dans le domaine des produits. Quant aux grandes entreprises, elles accordent une plus grande importance aux retombées de l’innovation dans le domaine des procédés.

De plus, les résultats laissent entendre que les perceptions à propos des retombées des innovations dans le domaine des procédés diffèrent sensiblement entre les entreprises qui exportent, celles qui sont axées sur le marché national et celles qui sont actives sur les deux plans. Les entreprises exportatrices sont plus favorables aux retombées des innovations dans le domaine des procédés que le sont les deux autres catégories d’entreprises.

Consulter l’étude de la METU

Laisser un commentaire

Top